19 octobre 2017   Heure locale : | Heure de Paris : 18:27

Nous saluons à nouveau la transparence d’AF qui pour la seconde fois affiche les résultats du sondage IPSOS effectué auprès des salariés sol et navigants. C’est un geste fort que les directions d’établissements doivent soutenir tout en reconnaissant la réalité de résultats toujours en berne en termes de motivation et de confiance afin de rebondir. Plus d'information ci-dessous...

Large_barome_tre_salarie_

Nous saluons à nouveau la transparence d’AF qui pour la seconde fois affiche les résultats du sondage IPSOS effectué auprès des salariés sol et navigants. C’est un geste fort que les directions d’établissements doivent soutenir tout en reconnaissant la réalité de résultats toujours en berne en termes de motivation et de confiance afin de rebondir.

Depuis Transform, la pression sur les salariés n’a cessé de croitre avec l’augmentation de la productivité, le manque de visibilité sur l’avenir, l’absence de reconnaissance, d’écoute, de prise en compte des retours d’expériences, une désorganisation du travail et une exploitation dégradée. Aujourd’hui, le manque chronique de motivation, de confiance, d’adhésion aux projets constitue un véritable fléau pour l’entreprise, à l’heure où la compétitivité d’AF est le facteur clé de sa réussite.

Afin de renouer avec le bien-être au travail, AF met en place de nombreux dispositifs via la mission « Expérience Salarié » : Au siège, un bassin d’ornement où nagent des carpes, jardins potagers, tables de ping-pong. Dans les CRC et escales, séance de sophrologie pour appréhender le stress, chez les PNC, réflexologie, hypnose, bar à ongles, conseil beauté – coiffures... Ces actions sont louables mais ont-elles réellement un impact positif sur le moral des troupes ? AF obtiendra-t-elle ainsi une adhésion plus forte de ses personnels aux projets de l’entreprise ? Ces actions permettront-elles au baromètre de remonter ? Réponse dans quelques mois...

Ce 29 juin, lors d’un entretien avec G.GATEAU, l’UNSA Aérien a émis des réserves sur l’efficacité de ces actions et pour une raison : AF ne répond pas aux besoins prioritaires des salariés et notamment ceux travaillant directement avec la clientèle, les plus touchés par des conditions de travail désastreuses. Si tous les salariés n’ont pas les mêmes besoins pour se sentir bien au sein de l’entreprise, 2 priorités leur sont communes :
- La survie professionnelle : Des conditions de travail acceptables et une juste rémunération face aux importants efforts fournis et face à d’autres catégories professionnelles.
- La sécurité : Un environnement stable, sans anxiété, sans crise.

Qu’en est-il réellement ?
-
Ai-je un avenir à AF ? Sous-traitance tous azimut et dernièrement à la piste...

- Ai-je une juste rémunération ? Aucune chance d’évolution professionnelle en dehors de la mobilité géographique, aucune promotion en dépit du développement des poly compétences et polyvalences, EAP au rabais, interdiction de mettre des « objectifs dépassés » sauf pour une poignée d’élus, des avancements décidés en haut lieu écartant les AMDE de toute autonomie, des heures supplémentaires non payées, pertes incompréhensibles d’heures payables ou compensables sur les compteurs, une nouvelle fiche de paie inepte...
En bref, le sentiment profond qu’AF triche pour faire des économies tout en engraissant les catégories supérieures.

-
Ai-je des conditions de travail acceptables ? Un manque cruel de formations qui rend les salariés vulnérables face aux clients, des salariés qui ne bénéficient plus du droit légal et fondamental de 14 jours de congés calendaires entre le 1er mai et le 31 octobre, des horaires changeant jusqu’à 24h avant la prise de service, des grilles rudes inadaptées aux besoins témoignant d’un sous-effectif devenu abyssal en période de pointe, des zones d’enregistrement uniquement gréées par des cadres, ou un agent seul et isolé pour enregistrer pêle-mêle les clients Sky Priority, Economie, Club 2000, Ultimate, La Première, des irrégularités et vols annulés en cascade.

A ces questions légitimes, l’escale répond par des séances de sophrologie. Estimer qu’elles permettront aux salariés de retrouver un bien-être au travail et d’appréhender le stress face à une exploitation catastrophique nous semble pour le moins surprenant. Si AF n’est pas en capacité de traiter les problèmes d’effectifs à la base de tous nos maux, toute action sociale sera aussi accessoire qu’un pansement sur une jambe de bois...D’ailleurs les deux dernières séances ont été marquées par une pénurie de volontaires, preuve que les salariés n’y ont trouvé que peu de bénéfices, n’adhèrent pas ou plus au système.

AF a donc encore du pain sur la planche. Le baromètre social est un excellent indicateur et nous soutenons G.GATEAU dans cette démarche de transparence. Mais pour pouvoir mieux comprendre ce baromètre, nous lui avons fait une demande claire : ce dernier doit être décliné par établissement. Le baromètre actuel, globalisé, ne permet pas à AF de mener des actions efficaces et ciblées.

AF doit pouvoir analyser correctement les retours des salariés interrogés pour mener les actions correctives nécessaires et atteindre son objectif : renouer avec eux quelle que soit l’entité, redonner la confiance et la motivation, restaurer l’équilibre vie privée/vie professionnelle, la sérénité et le plaisir dont découle la qualité du travail. Un salarié heureux au travail est un salarié productif, autonome, respectueux des règles et du management, solidaire, assidu et dévoué, disponible, moins stressé donc moins sujet aux erreurs. Autant de qualités dont AF a besoin pour faire face à la concurrence, redevenir une compagnie aérienne performante et prospère.

« La qualité de vie au travail ne se décrète pas et la motivation est le résultat fragile de tout un écosystème qu’il faut cultiver chaque jour »
Yann-Etienne le Gall, DRH du groupe Yves Rocher


À télécharger


Y Vous aimerez aussi…

APPEL AUX FAINÉANTS !

Small_macron_

Une première journée de mobilisation s'est déroulée le 12 septembre partout en France contre la future loi dite "Réforme du code du travail" sur le dialogue social. Lire la suite 

NON À LA LOI MACRON !

Small_share-loitravail-2017

Le monde du travail va être remanié « à la sauce Macron », nous ne pouvons accepter que nos emplois soient menacés pour les raisons suivantes. Lire la suite 

Une stratégie renforcée : comment mesurer ses effets ?

Small_af_kl_dl_mu_

Le 4 Septembre, JM. JANAILLAC est intervenu lors du comité de groupe AF-KLM pour présenter à l’ensemble des organisations syndicales, le détail des opérations financières soumises au vote le ... Lire la suite 

Monsieur le Directeur, nous vous écrivons cette lettre que vous lirez peut-être…

Small_noye_

Le dernier courriel adressé par vos soins à l’ensemble des salariés a suscité une vive émotion : consternation pour les uns, colère ou larmes  pour d’autres, tant nous nous sentons tous exclus de v... Lire la suite 

ULTIMATE : un projet déconnecté des réalités...

Small_levitation

Lors du CCE de janvier, l’UNSA avait interpellé la direction sur le sujet du projet «CLIENTS ULTIMATE». Nous avions déclaré que ce projet, bien qu’ambitieux était tout simplement irréalisable ... Lire la suite 

La Première : une envolée vers l'excellence

Small_la_premie_re_

Le service « La Première » incarne la vitrine du HUB avec des collaborateurs dont l’implication et le professionnalisme ne sont plus à remettre en question. La qualité des prestations offertes e... Lire la suite